samedi 27 février 2010

Grosse coupure dans la zone d'Intschi !

La structure du Show Box est terminée et je vais pouvoir commencer le décor. Mais la surprise du jour, c'est que mes ponts, bien que raccourcis, prennent passablement de place, du coup, je vais devoir raccourcir ma zone d'Intschi. Je me contenterais donc de ne faire, sur le ShowBox de gauche, que la présentation des deux ponts sans le village d'Intschi, qui se trouve plus loins sur la droite.

On voit les ponts posées au milieu de la structure. Le tunnel du Zgraggental à gauche et la route cantonale simulée par des morceaux de bois.

Je vais d'ailleur profité de ces ShowBox pour tester le "Car System" de Faller. Ce sera sympa d'avoir un petit bus de la poste se ballader sur les méandres de cette route cantonale ;-)




dimanche 21 février 2010

Le pont d'Intschialpbach

Voici le pont d'Intschialpbach, juste après celui du Zgraggental, en direction d'Intschi.
Ce pont, comme bon nombre d'autre, a été "bétonné" en 1953.
Fait surprenant, au lieu de lui faire un simple tablier tout droit, il a été décidé de faire de jolies arches en béton recouvert de pierre afin de lui garder un coté esthétique certain.

Ce pont est donc constitué d'une partie centrale, avec un aspect de pierre taillé, moderne et des culées d'origine, en pierre grossièrement taillées.
J'ai donc repris la même technique que le pont du Zgraggental, pour les culées et ai modifié un pont plastic que Françis m'a donné, pour la partie centrale.
Voilà ce que ça donne, après un gris à l'aérographe, puis un dry brushing blanc et enfin une couleur rouille à nouveau à l'aérographe.

La culée de droite m'a posée quelques problèmes puisqu'elle comporte une arche.
La couleur rouille a été corrigée sur le pont (photo ci-dessus ;-)

Cette fois, je n'ai plus le choix, il va me falloir attaquer la construction du Show Box et la pose de la voie.

dimanche 14 février 2010

Viaduc de Pianotondo

Parmi les éléments marquants de la Biaschina, il y a le beau viaduc en maçonnerie de Pianotondo:

L'ouvrage est long de 111m et est composé de 9 arches avec une ouverture de 10.65m chacune. De plus, il est en courbe avec un rayon intérieur de 300m avec une pente de 2.6%,

Pour le reproduire à l'échelle exacte, il me faudrait une longueur de 69cm et chaque arche avec une ouverture de 6.65cm. Le rayon de courbure devrait être de 187cm. Mais comme je l'expliquait dans un précédent post, une reproduction à l'échelle exacte n'est pas possible. Je dois donc comprimer le tout pour pouvoir le caser sur le plan de la Biaschina, longueur maximale possible, 50cm, soit un facteur de compression de 1.38.

Si j'applique ce facteur à tout le viaduc, j'aurai des ouvertures d'arches de 4.8cm, mais surtout, les piliers auront 7mm d'épaisseur à l'ouverture maximale de l'arche. Ma construction aura donc l'air trop fine par rapport aux trains qui vont passer dessus. Je vais donc tricher et tricher de la manière suivante:

Je vais faire des arches avec une ouverture de 5cm et une épaisseur de pilier de 1cm à l'ouverture maximale de l'arche. Le pont mesurerait alors 54cm, soit 4 de trop. Je vais donc lui supprimer une arche. Il aura donc 8 arches de 5cm d'ouverture avec des piliers de 1cm, soit une longueur de 48cm.

Comme il sera dans une courbe de 1m de rayon (rayon intérieur), avec l'épaisseur du pont, l'extérieur aura bien une longueur de 50cm.

Comme j'avais en son temps construit le viaduc de Boudry, je vais utiliser du polystyrène extrudé pour faire la base du pont. Mais à cause de la courbe, je ne vais pas le faire d'un bloc, mais sous la forme d'éléments pour chaque arche, que j'assemblerai par la suite, avec chaque fois le décalage vertical nécessaire en raison de la pente qui sera de 1.8% sur mon segment à cet endroit.

Du boulot en perspective donc, mais les deux premiers éléments sont déjà découpés:

vendredi 12 février 2010

La Biaschina prend de la hauteur... mais un peu trop

J'ai retravaillé mon plan de la Biaschina hier soir. La principale correction a concerné la forme de la voie du premier niveau pour lui éviter un S bizarre avant d'entrer dans l'hélicoïdale. J'ai aussi demandé à mon super-logiciel XtrkCad de calculer les pentes et vérifier les espaces entre les niveaux où cela est nécessaire. Le concept tient la route!

Avec la partie visible qui démarre à 12cm au-dessus du bas du module (12cm parce que nous avons parlé d'un minimum à 10cm, mais que j'ai un pont au premier niveau. J'ai de toute façon prévu de creuser dans le bandeau inférieur pour le passage de la rivière, mais pas trop) et la fin du 3ème niveau à 42cm, je monte de 30cm sur 15m de voie, soit une pente moyenne de 2% ce qui est tout à fait faisable, bien que légèrement inférieur à la pente réelle au Gotthard (2.6%). Pour gagner de la hauteur entre le niveau 1 et 2, je mets une hélicoïdale à droite et une à gauche pour gagner la hauteur entre les niveaux 2 et 3.

Avant la partie visible, je peux imaginer une hélicoïdale pour rallonger le trajet depuis Al Sasso, mais ça ne me paraît pas impérativement nécessaire. Juste 2m en tunnel pour passer du niveau 10cm à 12cm. A la fin du niveau 3, je dois encore monter de 2.5 cm pour passer au-dessus de la voie avant de passer par l'arrière vers Polmengo. Ainsi, si la voie de Francis à Al Sasso est au milieu de la hauteur du segment à environ 30cm, la base de mon segment sera 20 cm plus haute. Côté Polmengo, si la voie de Philipp est à 12cm au-dessus de son niveau 0, la base de son segment sera située 32.5cm plus haute que celle de mon segment (soit 52.5 cm plus haut que Al Sasso).

Je peux imaginer que Rodi-Fiesso sera encore environ 20cm plus haut, ce qui nous fera un dénivelé total des segments de 72.5cm sur la rampe sud! Donc si le bas du segment de Francis est à 70cm au-dessus du sol (le train roule alors à environ 1m et je ne descendrais pas plus bas), le bas du dernier de Philipp à 142.5cm et le train qui roule encore au minimum 10cm plus haut soit 152.5cm...

Sommes-nous bien conscient de ce que cela signifie au niveau visuel? Sommes-nous d'accord de valider ceci ou faut-il considérer que la Biaschina est un luxe dans ce contexte?

Je peux encore imaginer un hélicoïdal qui redescend avant et après la Biaschina, ce qui nous ferait gagner 8cm environ... ou 16 en faisant à chaque fois 2 tours; mais cela signifie que le train attaquera la Biaschina plus bas qu'il a quitté Al Sasso et arrivera sur Polmengo plus bas que le niveau haut de la Biaschina...

Voilà comment cela se présenterait:

Les dimensions sont en cm. Dites-moi ce que vous en pensez.

mercredi 10 février 2010

Biaschina, nouveau plan

Suite à l'échec de la première version... on remet la sauce, mais avec un peu moins de nouilles. Voilà ce que ça donne:



Reste à refaire un KKA de cette nouvelle version pour vérifier ça. Mais en tout cas, il y a bien moins d'interfaces qu'avant et le trajet est plus court. Par contre, j'en reviens à la variante avec le pont tordu dans l'autre sens.

To be continued...

La maquette du segment

 

Les alémanique parlent de KKA: Kleinst-Kontroll-Anlage: une mini maquette au 1:10ème du modèle pour se faire une idée du plan en 3D et repérer les erreurs de conception. C'est ce que j'ai fait pour la Biaschina.

... et des erreurs, il y en a:
  • multiplication des interfaces et en particulier d'interfaces hors d'accès et invisibles. Ce n'est probablement pas un problème grave avec le type d'interface que nous avons conçu, mais tout de même, pas une raison de les multiplier
  • trop peu de hauteur entre certains tracés ou des pentes qui devraient être trop raides pour garantir le passage minimun
  • très compliqué à réaliser...
Et en plus, un parcours très long: les trains passeraient 7 fois la totalité des 2m80 et des 2x 72 cm, soit un trajet de près de 30m uniquement sur mon segment... même si cela correspond aux 5km réels, la nécessaire compression m'obligerait à tricher sur le longueur, sans quoi le parcours paraîtra trop long.

Je vais donc revoir le plan du segment en cherchant à simplifier mon plat de spaghetti...

dimanche 7 février 2010

The spaghetti incident...


A l'instar de l'album des Guns n' Roses, la planification du segment de la Biaschina ressemble à un joli plat de spaghetti... car une boucle ne suffit pas pour monter assez d'un niveau à l'autre. Alors voilà ce que ça donne:

Mais comme notre projet porte le nom d'un autre groupe de Rocker... il a bien fallu planifier autrement. L'idée est d'utiliser les inter-segments qui servent aux hélicoïdaux pour faire les renvois entre les niveaux.

Afin de pouvoir visualiser le tout, je vous le mets en 4 niveaux: on commence par l'arrivée depuis Al Sasso à gauche. On traverse le segment par dessous, mais dans le coffre du segment et on va tourner dans le segment de l'hélicoïdale.

On va ensuite tourner une fois à gauche et une fois à droite pour revenir au deuxième niveau. A part au passage vers les boucles, on reste dans les caissons.


De même entre le deuxième et le troisième niveau, on gagne les 12 cm nécessaires en utilisant les deux segment d'hélicoïdaux. Cette fois, il n'est plus possible de rester dans le caissons (puisqu'on est plus haut que le niveau intermédiaire) et les voies passent derrière, mais le long du segment.
Pour finir on passe une fois la boucle de gauche, puis derrière le segment, avant de passer à nouveau à l'avant pour continuer vers Polmengo.

Qu'en pensez-vous?

Prochaine étape, faire une mini-maquette en carton du segment, pour vérifier les pentes et le concept.

mardi 2 février 2010

Peinture au Zgraggental

Je continue mon apprentissage sur l'utilisation de l'aérographe que mon ami Marc m'a prêté.
Le pont est maintenant peint. J'y ai aussi rajouté des barrières.



Le tout est recouvert de cette fameuse rouille provenant des freins des trains. Ma patine manque de finesse, c'est certain.

Mais le résultat commence a être acceptable. Je suis sur que nos spécialistes de la peinture vont venir y rajouter encore quelques coulées de rouille et divers salissures. Le tout devrait faire impression dans le joli paysage d'automne d'Intschi.